press to zoom

press to zoom
1/1

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/4

Les dolines

Ilanit Illouz

DOCUMENTS I, II, III

Édition limitée à 50 exemplaires
et 25 épreuves d’artiste.
20 x 28,1cm
Cahier I 20 pages,
Cahier II20 pages, 
Cahier III 44 pages
Mai 2017

Edition Standard : 22€

Epuisé

Ilanit Illouz porte le regard à terre comme une archéologue afin d'y examiner les propriétés et les stigmates des lieux marqués par l’histoire.  C'est ce qui compose la phusis ou la physique naturelle qui devient la base de recherche de l'artiste plasticienne. 

Les quatre éléments qui sont l'eau, la terre, le feu et l'air et l'épuisement de ceux-ci guident le projet artistique. 

La trace visible ou non devient le fil narratif du travail d'Ilanit Illouz. 

Les dolines est le premier projet autour de ce corpus du même nom au long cours crée par Ilanit Illouz.
Constitué de trois livrets imprimés en risographie, Les Dolines, Document I / Les Dolines, Document II et Kiriat Ata, ce livre d'artiste en  édition limitée est considérée par l'artiste comme un document de travail d'oeuvres latentes, en devenir signifiant un moment charnière dans sa démarche artistique. Cette édition a bénéficié du soutienne la FNAGP (Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques) et de la DRAC Île de France.

En juillet 2021, l'ouvrage Wadi Qelt, dans la clarté des pierres reprend tout le travail des Dolines, récompensé par le prix Louis Roederer aux Rencontres d'Arles

"J’ai investi une zone à la lisière d’Israël et de la Cisjordanie la mer Morte constituant une frontière naturelle entre trois pays (Palestine, Israël, Jordanie). Deux pays surexploitent ce lieu quand un autre y vit sans avoir le droit d’en exploiter les ressources naturelles. Cela a pour conséquence la création de « dolines », des trous qui s’ouvrent dans le sol à mesure que la Mer Morte se retire. Ce bassin aquatique, dont l’altitude est la plus basse du globe, s’assèche inexorablement. La multiplication des cratères en est l’un des symptômes les plus alarmants. En reculant, l’eau laisse derrière elle un terrain truffé de poches de sel. Au contact de l’eau douce, celles-ci peuvent s’effondrer brusquement, avalant tout ce qui se trouve à la surface. Ce territoire, fascinant par plusieurs aspects, devient une véritable métaphore de la mémoire et laisse place à la réflexion sans que jamais une réponse ne soit imposée." Ilanit Illouz​