EYD BOARD

" J'AI VU QUE L'APPAREIL PHOTO POURRAIT ÊTRE UNE ARME CONTRE LA PAUVRETÉ, CONTRE LE RACISME, CONTRE TOUTES SORTES D'INJUSTICES SOCIALES. JE SAVAIS A CE MOMENT-LA QUE JE DEVAIS AVOIR UN APPAREIL PHOTO."

© Gordon Parks Foundation

Gordon Parks, l'un des plus grands photographes du XXe siècle, était un humanitaire profondément attaché à la justice sociale. Il a laissé derrière lui une œuvre politique et culturelle inestimable qui documente la vie et la culture américaines des années 40 aux années 2000. Il a également réalisé des films dont le plus connu Shaft reste le premier film où le héros principales noir.


© Gordon Parks Foundation

Son oeil si fort raconte et témoigne de la ségrégation, de la société américaine qu'il suit aussi bien avec des personnages de la rue ou iconiques tels que Muhammad Ali. Il ne se décrivait pas comme un activiste d'abord et photographe ensuite, ou vice-versa. Son appareil photo était un catalyseur du changement social publié dans les plus importants médias de l'époque comme Life dot il était le photographe attitré. En 88 il reçoit la National Medal of Arts comme d'autres artistes aussi iconiques tels que Bellow, Nogushi, Capra ou Fitzgerald. En 2006, deux ans avant sa mort il est honoré par le prix photo Lucie Award pour l'oeuvre d'une vie juste après Hennri Cartier Bresson et William Klein.











© Gordon Parks Foundation


Tous ses livres sont édités chez Steidl, le dernier en date copublié avec le Moma de New York THE ATMOSPHERE OF CRIME, 1957 est dédié à son travail sur la police et la criminalité américaine ; une commande du magazine Life. Une exposition inédite de ces images encore très actuelles sera organisée au Moma en 2021.


© Gordon Parks Foundation

Pour découvrir son oeuvre allez sur le site de sa fondation http://www.gordonparksfoundation.org



Portrait

Elise Toïde est une photographe française travaillant et vivant à Paris. Son travail photographique aborde les notions de mémoire, d'intime et de passage notamment autour de l’adolescence et du voyage. Une photographe inspirée par le quotidien; elle construit ses images avec la lumière naturelle leur conférant une délicatesse et une humanité qui nous lient à l'intimité du sujet photographié avec une douce distance.


© Elise Toïdé


Sa pratique se déploie autour de la question du territoire, et de sa possible recomposition à travers la répétition de l'acte photographique, comme autant d'errances. Elle réalise aussi des carnets de voyage.

Elle travaille pour la presse ( i-D, Financial Times, A magazine curated by, T magazine, Dazed & Confused, Elle...) et prépare son prochain livre après II fera longtemps clair ce soir publié par Eyd en 2019.



© Elise Toïdé

© Elise Toïdé



EYD Paris a édité en 2019 son premier ouvrage, Il fera longtemps clair ce soir, une captation réalisée au parc des Guilands à Montreuil.Elise Toïdé (photographe pour i-D, Libération, Marie Claire ou Elle…) capture les fragments de cet ancien terrain vague pour reconstituer une représentation vague : « Les images doivent rester comme des fantômes, des impressions de ce lieu. J’y vois des formes, vides de sens, peu à peu, elles prennent vie, à force d’y retourner, elles commencent à m’appartenir. Ces formes s’imbriquent avec le temps, se transforment et se déforment.



" C’est en y retournant de nombreuses fois que j’installe une répétition, crée une histoire sans fin, un éternel recommencement, comme celui du quotidien."





Portrait

Ilanit Illouz est photographe plasticienne, elle développe un travail sur la mémoire et l’espace. Elle arpente le paysage, prend des photos, collectionne des échantillons, pierres ou petites branches, et procède à leur mise en valeur par un traitement spécifique de l’image et de son impression sur différents papiers ou encore ajout de matière tel que le sel. 


© Ilanit Illouz


La pratique d’Ilanit Illouz sur l’image est traversée par la question du récit, toujours appréhendé par le biais du hors champ ou de l’ellipse. Son travail développe des processus de reproductions photographiques et mécaniques parfois inédits, comme autant d’opérations temporelles. Elle s’appuie sur des procédés qui répondent au travail réitéré d’arpentage, d’enquête, d’observation, qui révèlent autant qu’ils effacent, où la mémoire est physiquement mise à l’épreuve. Ses réflexions se déploient dans un langage plastique et formel ouvert à l’interdisciplinarité des médiums. Elle expérimente actuellement de nouveaux procédés techniques qui s’emploient à la dégradation de l’image autant qu’à sa révélation.



© Ilanit Illouz

En croisant ces approches théoriques, géographiques et plastiques, elle développe une réflexion sur l’histoire sociale, politique et économique, sur la trace et la disparition.

Diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (2005), elle a exposé dans différents lieux tels que le Parc-Culturel de Rentilly, le Centre Photographique d’île-de-France (CPIF) ou le Centre d’art de la Ferme du Buisson. En 2019 elle a participé aux expositions collectives La Vérité n’est pas la Vérité ? à la Maison Bernard Anthonioz (MABA), Some of us, an overview on French Art Scene au Kunstwerk Carlshütte à Büdelsdorf (Allemagne) et à Lignes de vies – Une exposition de légendes au MAC-VAL.



© Ilanit Illouz

A l'occasion de son exposition à l’Institut pour la photographie de Lille, en partenariat avec le CRP, Eyd poursuit la collaboration avec Ilanit Illouz en publiant une édition consacrée à son corpus Les dolines; dans la continuité de son premier document de travail du même nom édité en 2016.

Publication septembre 2020.


https://ilanitillouz.com

https://www.institut-photo.com

https://www.crp.photo

LE BOARD RELEVE L'ACTUALITE DES EDITIONS ET DE LA BOUTIQUE EYD MAIS PROPOSE AUSSI LA DECOUVERTE D'ARTISTES CONTEMPORAINS, CLASSIQUES, ICONIQUES DES PROJETS ARTISTIQUES ET CULTURELS. UN BLOC NOTES EYD. 
  • Instagram
  • Pinterest
  • Facebook
  • Instagram
  • Facebook