NOTES


Francesca Woodman était une jeune photographe américaine des plus douée de sa génération, trop exigeante elle mit fin à ses jours à l’âge de 22 ans laissant un corpus d’oeuvres aussi fort que son dernier geste.

Ses images tout comme ses tirages sont investis de ce personnage à la fois impressionnant et fragile dont l’âme nous hante après chaque lecture de ses monographies.

Dans une exploration perpétuelle du soi et du médium, la photographe a quasi exclusivement utilisé son corps dans ses images,"ainsi je suis toujours à portée de main", explique-t-elle, quand l’urgence de la représentation se présente.



Cette dernière édition publiée par Xavier Barral en 2016 recense toute son oeuvre avec ses images rares en couleurs, ses diazotypes; la plupart étant des auto-portraits accessoirisés par un miroir dans son studio.


Plusieurs essais nous éclairent sur les multiples qualités de ce travail : le point de vue de l’historienne de la photographie Anna Tellgren, celui de la romancière à travers le prisme du corps féminin Anna-Karin Palm et celui de l’artiste, père de la photographe, George Woodman.





© Elise Toïdé

Il fera longtemps clair ce soir, les jours allongent, La rumeur du jour vif se disperse et s'enfuit, Et les arbres, surpris de ne pas voir la nuit, Demeurent éveillés dans le soir blanc, et songent... Les marronniers, sur l'air plein d'or et de lourdeur, Répandent leurs parfums et semblent les étendre ; On n'ose pas marcher ni remuer l'air tendre De peur de déranger le sommeil des odeurs. De lointains roulements arrivent de la ville... La poussière, qu'un peu de brise soulevait, Quittant l'arbre mouvant et las qu'elle revêt, Redescend doucement sur les chemins tranquilles. Nous avons tous les jours l'habitude de voir Cette route si simple et si souvent suivie, Et pourtant quelque chose est changé dans la vie, Nous n'aurons plus jamais notre âme de ce soir...


Anna de NOAILLES 1876 - 1933

  • Instagram
  • Pinterest
  • Facebook
  • Instagram
  • Facebook